22 July, 2013

New paper out 'On the discursive construction of metropolitan regions'

Markus Hesse, Annick Leick: Wachstum, Innovation, Metropolregionen. Zur Rekonstruktion des jüngeren Leitbildwandels in der deutschen Raumentwicklungspolitik. Forthcoming in Raumforschung und Raumordnung (in German), now published online by Springer, DOI 10.1007/s13147-013-0243-x

This paper explores the background and justification of the process of re-orienting spatial development policies in Germany that ocurred since the 2000s at latest. Two subjects of research are investigated in certain detail: first, it focusses on the ‚New Guidelines for Spatial Development’, which were released in 2006 by the Conference of State and Federal Ministers responsible for Spatial Development in Germany’, particularly Guideline No. 1 ‚Growth and Innovation’; second, the category of Metropolitan Regions, which was introduced since the mid-1990s, is being assessed here. Both subjects and the underlying processes are critically discussed from a discourse analysis perspective. This means that research takes into account the ideological contexts whithin which such issues emerge and are being framed. It is certainly clear that even scientific perspectives on space are by far not independent from individual interpretations. The paper considers both the new guidelines and also the politically designated metropolitan regions as theoretically contradictory, empirically vague and conceptually fragile. Thus, a related claim evolving from our research demands a more pluralistic debate. Moreover, these ideas can also be understood as a contribution to further developing future guidelines for spatial development and thus also the self-conception of spatial policy as such.

11 July, 2013

Des quartiers durables pour le Luxembourg?

This post is based on talk given on the occasion of the first "Policy lab" that was organised jointly by CIPU - the National Cell for Information on Urban Policy in Luxembourg and the European Urban Knowledge Network (EUKN), on the 25th July 2013 in Luxembourg-City. The idea behind this intervention was to frame the issue of sustainable urban districts in the wider context of both sustainable development and the associated critical analysis of current building and planning policies (exact order!) in the Grand Duchy. Apologies for bringing this in French, an English version might be available at a later stage. And thanks to Tom Becker for supervising the French edition of the manuscript.
Markus Hesse

Développement urbain et développement durable au Luxembourg – cadre conceptuel et questions

Le but de cette introduction est de «cadrer» le sujet de notre ‘policy lab’ d'aujourd'hui: le quartier urbain durable. Ce sera fait à la fois du point de vue des études urbaines notamment en ce qui concerne les lignes générales et les discours sur le développement urbain, et du point de vue d'un praticien, en présentant une étude de cas du Luxembourg après.
Ce que je vais faire maintenant, représentant l'Université de Luxembourg - comme l'un des 7 partenaires de CIPU -, est de commenter sur la question des quartiers urbains durables, tout en se basant sur notre propre expérience de recherche. Le sujet d'aujourd'hui s'inscrit parfaitement dans nos activités de recherche passées et à venir. Plus particulièrement, au laboratoire de géographie et de l’aménagement du territoire de l’UL, nous venons de terminer une étude de trois ans sur les politiques d'aménagement du territoire durable, menées au Grand-Duché (appelé SUSTAINLUX). Nous allons continuer cette piste de recherche avec un nouveau projet sur les pratiques de gouvernance régionale, en comparaison avec la région « Glattalstadt  » au nord de Zurich, en Suisse. En outre, mon collègue Christian Schulz est sur le point de lancer un projet de recherche sur la « Green Regio ». Ce projet vise à analyser le rôle des régions en tant que gestionnaires stratégiques potentiels des transitions de la durabilité. Il cherche à retracer comment les innovations vertes et le changement technologique dans la construction écologique se développent au fil du temps dans certaines villes, dont Vancouver (Canada), Brisbane (Australie), Freiburg (Allemagne) et la Ville de Luxembourg. Ces trois projets sont financés par le Fonds National de la Recherche (FNR), Luxembourg. Il est également intéressant de noter que le développement durable est l'un des corridors stratégiques de l’Université dans le prochain plan de recherche qui va de 2014 à 2017.
Dans ce contexte, l'objectif de ma contribution est de construire un pont entre les aspects plus généraux de développement urbain et son application actuelle et future au Luxembourg. Plus particulièrement, je tiens à situer le sujet des quartiers urbains durables dans le domaine plus large des politiques urbaines, et dans le contexte assez spécifique de la planification au Luxembourg.
Pour ce faire, je vais rapidement souligner trois points:
-       Le contexte du développement durable dans les villes et le développement urbain, ou, mieux, le processus d'urbanisation;
-       La manière dont nous voyons les quartiers durables comme noyés dans précédentes discours et liées à d'autres échelles spatiales;
-       Ses significations pour le réglage plutôt distinct de la planification urbaine et de l’aménagement du territoire au Luxembourg, et les leçons à tirer de ce débat.

Mon premier point
Ce que nous observons depuis un certain temps dans les discours urbains est un changement exceptionnel d'une perception qui voit les villes comme un problème (pour l'environnement, comme un espace de vie, en ce qui concerne la communauté) vers une appréciation générale des zones urbaines et de la vie urbaine. Ce changement majeur dans la perception du public a certainement à voir avec une amélioration des conditions de vivre, par à la désindustrialisation en un seul endroit (alors que ce n'est pas exactement clair ce qui se passe dans ces endroits où l'industrie a été déplacée). Toutefois, les choses ont beaucoup changé. Cette perception a été également exprimée dans la rénovation de logements dans les grands centres urbains, ce qui a déjà été inventé par certains observateurs comme une «renaissance urbaine»/ce que certains observateurs ont déjà appelé « renaissance urbaine ». Ce débat s'est accéléré en 2007, une fois qu'il a été révélé que la majorité de la population mondiale vivra dans les villes plutôt que les campagnes. Ce phénomène a des collègues déjà en parlant de l'urbanisation comme étant «planétaire», ou, si vous voulez, inévitable.
Ces évolutions ont souvent été associées à la durabilité en soi. Les villes sont bonnes, les villes sont vertes, et cor même les bâtiments, et il y a un consensus dans la société sur la façon d'atteindre ces objectifs. Cependant, il y a quelques pièges dans cette ligne de pensée: d'abord, il y a toujours une différence frappante entre le vert et le durable. Dès que la durabilité doit être atteinte, le diable est dans les détails, en particulier en ce qui concerne l'équilibre entre les différentes dimensions environnementales, sociales et économiques du développement durable. Voulons-nous préserver l'espace ouvert, ou fournir plus de logements, et si oui: pour qui et où? Deuxièmement, il y a encore peu de preuves empiriques sur la façon de transformer les idées en pratique de travail pour produire les effets désirés. Juste pour vous donner un exemple, en ce qui concerne la façon de traiter les effets de chaleur urbain dans les scénarios de changement climatique: est-il préférable de concentrer les habitants des villes très densément, ou faudrait-il plutôt chercher un optimum entre l'espace ouvert et l’espace bâti? Ou, pour vous donner un autre exemple, comment les solutions durables peuvent-elles être mises à la disposition de toute la société, et non pas seulement pour la classe moyenne et les riches? Troisièmement, le développement durable remet en question la capacité des institutions pour obtenir ce processus correctement gouverné. Tant que les «règles du marché», la puissance sera inégalement répartie. La durabilité n'est plus du domaine des agents publics, notamment des communes et des États, mais est également devenu un champ d'action stratégique pour les entreprises. Les grandes entreprises comme Siemens ou IBM ont ouvert départements spécialisés afin de proposer des idées spécifiques pour le domaine urbain.
Last but not least, en tant que géographe, il faut être très soigneux vis-à- vis les relations de causalité établies entre la société et l'espace, particulièrement lorsqu'il s'agit de l'échelle des quartiers. Les mobilités dans leur forme la plus générique (en ce qui concerne l'information et la communication, le commerce et les voyages, un mode de vie très mobile, si vous voulez) ont contribué à une certaine déconnexion entre les gens et le lieu d'évoluer. En conséquence, le comportement des gens est beaucoup moins déterminé par les attributs territoriaux qu'elle ne l'était avant. Cela peut délimiter ces approches qui sont principalement en fonction du lieu.

Mon deuxième point
Ce sont des défis majeurs. Pourtant, il y a de bonnes raisons de passer à autre chose, de regarder vers l’extérieur pour les concepts de travail et d'aller pour la mise en œuvre. C'est pourquoi nous sommes ici aujourd'hui. Toutefois, il pourrait être sage de ne pas exclure cettes conditions et les discours de cadre systématique du débat, mais de les aborder activement.
C'est pourquoi je suis en train d'intégrer la question des quartiers durables dans le contexte de la politique urbaine. Pour des raisons d’illustrations, j'ai développé un petit graphique montrant ces différentes conditions-cadres et les interrelations (Figure 1). Il y a en fait deux points de départ pour notre débat sur les quartiers durables: l'un est le détail même de la création de bâtiments verts, c'est à dire mettre l'accent sur l'énergie, les ressources, l'architecture et l'élaboration d'un ensemble de critères pour l'évaluation (certification). L'autre est le discours en cours et le leitmotiv du développement urbain: Où voulons-nous aller avec nos villes? Quelle est notre ligne directrice des programmes, si nous en avons un? Est-il la ville compacte, ou la ville compétitive (ca n‘est pas la même chose …). Comment répondre aux défis actuels et futurs? Je suppose que vous pouvez convenir que le quartier durable ne peut pas et ne doit pas être isolé de ces questions.

Figure 1 : Schéma conceptuel

L'autre problème est celui de l'échelle. Cela fait suite au fort enracinement de toute question urbaine dans des circonstances socio-économiques et politiques plus larges. Ce n'est pas une coïncidence si un discours urbain très populaire met actuellement l'accent sur la «ville juste», prétendant à une répartition plus équitable des services et des ressources. Cela implique de prendre en compte l'économie politique d'une situation donnée, l'évolution de la société, la sensibilisation du public, et une fois de plus le pouvoir des institutions pour faire face à ces problèmes correctement.
Outre ces conditions-cadres globales, il y a le micro-niveau. C'est peut-être la destination finale de toute politique de la durabilité: contribuer à des changements de comportement de l'individuel (comme les personnes, les ménages, les familles, les entreprises, les associations) et chercher des impacts plus larges pour influencer l’évolution de ces changements. Tous les plans, mesures et instruments devront être efficaces dans ce domaine particulier, afin de faire en sorte que la durabilité devienne partie intégrante de la réalité. Peut-être qu'il est plus important de garder à l'esprit ces deux liens particuliers entre les quartiers durables, diverses échelles spatiales et le niveau des comportements individuels.

Mon troisième point
Quelles sont les caractéristiques spécifiques qui doivent être pris en compte quant au développement et à la planification au Luxembourg ? Pour le dire très brièvement, il y a quelques spécificités qui font du Grand-Duché, de sa récente trajectoire de développement et de la façon dont les institutions sont utilisées pour répondre à ces défis, un cas plutôt spécial (Figure 2).

Figure 2: Le cas du Luxembourg

Les spécificités sont particulièrement :
-   La taille relativement petite de la population et du territoire, tant en ce qui concerne le pays et la majorité de ses villes;
-     L'extraordinaire trajectoire de croissance des trois dernières décennies, en exerçant une forte pression sur les ressources et les infrastructures;
-     Le rôle disproportionnellement important du Luxembourg comme un centre du secteur bancaire et du marché du travail transfrontalier et international;
-     Des problèmes aigus en matière de logement et une organisation durable de la mobilité. L’accès à la propriété et les prix de l'immobilier semblent être les aspects les plus problématiques;
-     Une jeune tradition de planification urbaine et régionale, exécutée par un État fort et des communes autonomes, guidées par une stratégie intégrative, des grands projets d’urbanisme, et concrètement le développement durable. En outre, il y a un degré d'acceptation par le public généralement faible : Pour certains, planifier l'intervention est trop forte, pour d'autres, il semble trop faible;
-     Il y a cependant des signes d'intérêt assez vitaux  et une augmentation du nombre de pratiques concrètes concernant les quartiers urbains durables (par exemple en ce qui concerne la nouvelle « Cité des Sciences » à Esch-Belval, ou le cas de Dudelange qui vous sera présenté plus en détail dans quelques instants).

Mes conclusions
Le développement durable représente un défi majeur pour le développement urbain et  territorial au Luxembourg – mais c'est exactement pourquoi nous le voyons comme un principe directeur très approprié pour la planification et le développement futur. Cependant, quand définir les voies durables plus concrètement, nous proposons  de refléchir également sur les conditions-cadre et le contexte, d’intégrer la recherche sur les  quartiers durables dans le cadre général de la politique et de la planification urbaine, et d'être sensible au fait que les politiques urbaines des différentes échelles spatiales sont intégrées - notamment en ce qui concerne les défis spécifiques très courants au Luxembourg.

08 July, 2013

INURA Lisbon 2013

The 23rd annual conference of INURA took place in Lisbon, and organized by the Centre for Social Studies (Centro de Estudos Sociais, CES), University of Coimbra, Portugal.

The venue provided an ideal spot to meet up with two (Christian Schmid and Dirk Lohaus) of SUSTAINGOV's four partners, to touch base, to update one another and learn about each others work. Organizationally, it became clear that Hesse and Carr shall organize a meeting in Zurich in the fall. Partners, a doodle will be sent around soon!

At the retreat and during a morning of back-to-back presentations chaired by Richard Milgrom and Roger Keil, Carr presented the results of SUSTAINLUX and the research agenda for SUSTAINGOV. This was followed by Lohaus of IBA Basel who presented the challenges of cross-border integration of Basel (CH), Mulhouse (FR), and Lorrach (DE). Lohaus showed an impressive array of different projects underway that can assist co-operative development across borders. We were all extended an invitation to attend their Congress on Cross Border Planning, this coming October 17th and 18th, 2013. Quickly evident to everyone in the audience were the similarities between the cross-border agglomeration of Luxembourg and that of Basel. Both are cases that challenge prevailing notions of nationally contained metropolitan regions, neatly defined membership, and vertically coordinated and controlled production. 

Beyond the immediate relevance to SUSTAINGOV, the conference was also an opportunity to explore other urban worlds -- a necessary on-going education to urban researchers. It is not sufficient to conceive of cities as mere places articulated as isolate on a map, or a container of places where events and processes unfold simply "over there" and disassociated from "here". Rather cities compose each other. They are connected and reinforced through value chains and social political economic networks. Understanding "other" places is thus the same as understanding ourselves.

Quinta de Laje, June 2013
Quinta de Laje is not much more than a hillside now. When the middle class apartment blocks are built and sold, all memory too of former livelihoods may well enter the realms of forgotten history. Not long ago, however, 350 homes and gardens were standing and growing here. These were recently bulldozed by the City of Lisbon. This is what it used to look like.

This pile of torn mattresses, broken pipes, old wood and furniture, and scrap plastic  was the last stop on a tour through the outskirts of Lisbon. We had already passed through Santa Filomena and Casal da Boba. While the latter seemed a representation of typical post-war social housing (modernist medium rise apartment blocks), the former was a series of unabashed disenfranchisement: homes of corrugated steel shacks with no windows, and no sign of public services -- except for the bulldozer.

None of the neighborhoods benefited from government services. Residents and local activists (voluntary social workers and lawyers) continually fight to demand, for example, garbage collection in their neighborhood. The cynic, which is sometimes difficult to differentiate from the keen eye, might observe this as a strategy of the City to enforce dismal standards in the hopes that the residents leave themselves. 

During our tour, some guests were grasping for somehow logical explanations: "Were the residents perhaps illegally squatting, or were they immigrants?" These would be familiar stories - of housing activists fighting for affordable housing, or of immigration activists fighting for revised immigration law. Still, not even these concerns could be pacified: The removed were citizens who had bought the property.
Tenho um amgio que me dá agua para eu viver, Quinta de Laje, 2013
The rationality of such processes, rather, is unveiled by looking at wider political economic processes: Portugal under Troika, and Lisbon as a City expanding through big investment. The land needed to be vacated in the name of so called national interest.

There are reasons why is this relevant to SUSTAINGOV specifically and Luxembourg in general. First, this is a story about participation. This is a cautionary tale of what can happen when local residents and administrations are not respected. Second, this is Europe. All the European strategies and agreements concerning sustainable development and urban development are designed, at least under the pretense, to assist localities across the continent towards development, in enhancing regional specificities, and their capabilities to feedback to EU policy. Portugal is known to for its very effective use of their European funds. Yet, I wonder if the cases of Quinta de Laje are surfacing among the periodic inventories and evaluations of success. There is something going on here. Is there perhaps a link with the fact that 200,000 million Euros  were earned on the conversion of 100,000 Ha of rural land into urban space? (Thanks to Pedro Bingue for that excellent presentation!) Third, Portugal is not so different from Luxembourg: two levels of government (municipal and national), small state characteristics, ideology of private property, and a prevailing understanding that the capital city is the centre of the country ("Portugal é Lisboa e o resto é paisagem", Lisbon is Portugal and the rest is landscape). One major difference is that the Municipalities in Portugal are neither accustomed nor equipped to organize their land resources. This is a right that Municipalities in Luxembourg want to preserve.

Many thanks et bon courage to Prof. Giovanni Allegretti and his energetic team for putting together a fascinating conference introducing us to the complexities of Lisbon and Portugal.

06 July, 2013

A view from the top - l'espace periurbain

The pics below were taken recently (24th June 2013), showing the peri-urban space of the Grand Duchy in the eastern part of the country, a few kilometres east of the capital city.   


They reveal two significant features of the country's built environment: one is the neither urban nor rural 'character' - if such thing can be attributed to buildings and 'space' at all. It pretty much reveals what the idea of the urban landscape ('Stadtlandschaft') is about. The other includes most recent buildings -- all multi-storey and probably managed by developers, for urbanites seeking a somehow rural setting for practising their more or less urban lifestyle.
The question will be how to assess all this - the setting, the buildings, the practices - in terms of sustainability. According to a growing body of literature, it became quite clear that an essentialist view of physical space as the main explaining force of human behaviour (and thus of 'compact cities' as the central requirement for achieving sustainability in spatial or urban regards) does not work out. This proposition was fundamentally challenged e.g. by a recent paper from Marcial H.  Echenique, Anthony J. Hargreaves, Gordon Mitchell and Anil Namdeo: Growing cities sustainably. Does urban form really matter?', published in the Journal of the American Planning Association (APA) vol. 78 (2), in Spring 2012.
The interesting thing with this paper is not only that it actually dismantled the compact city-hypothesis, which others such as the late Mike Breheny and colleagues had already been doing a decade earlier; it is also no surprise given geographers' perspectives on contemporary regions being 'unbound', fluid, and difficult to demarcate (see Ash Amin's paper on 'Regions unbound' in the Swedish Geografiska Annaler B, 2004. The most striking issue was that the paper received unusually harsh comments from the planners' community, bemoaning that one (APA) must not publish things that put the common ground of beliefs and traditions of the community into question.
In order to make a productive sense out of this controversy, there are serious questions coming up once studying regions in both conceptual and strategic regards that need to be discussed:
- the question what a 'region' is, and how it can be properly approached in methodological terms. See the very instructive issue of the Regional Studies journal (vol. 47, 1, January 2013) on 'regional worlds';
- the question to what extent this peri-urban setting can be used (and accepted) as a starting point for sustainability, rather than to address the peri-urban with recipes that were taken from the urban realm;
- the question in what way diverging opinions, based on arguments well thought of, can be taken into account, in order to bring an open, constructive and critical debate forward, rather than to determine the style of thought in a top-down manner.
We (the SUSTAIN_GOV project) will tie in with this particular controversy by presenting a paper at this year's 'Spaces & Flows'-Conference, which takes place in the end of November in Amsterdam, on how to deal with spatial fragmentation -- particularly once strategies of spatial integration might no longer be appropriate and effective.